PokerStars Players Championship | Le bilan
PokerStars Players Championship

Légende : Un tournoi inoubliable

Il avait été annoncé depuis de nombreux mois comme le plus gros tournoi de toute l’histoire du poker et, forcément, la pression et l’excitation n’avaient cessé de monter au fur et à mesure que la date fatidique approchait. Plusieurs questions taraudaient les fans de poker de toute la planète, et la première d’entre elles était de savoir si les fameux détenteurs des Platinum Pass pourraient inquiéter les grands professionnels et se mêler à eux jusque dans les ultimes instants du tournoi. Eh bien, le moins que l’on puisse dire, c’est que les férus de surprises n’ont pas été déçus avec la victoire d’un « amateur » détenteur d’un Pass face aux champions de la discipline.

Action et séduction

Le PokerStars Players Championship, ou PSPC pour les intimes, avait avant tout un objectif très clair à atteindre. Celui-ci était, alors que le poker restait sur une dynamique assez molle depuis plusieurs années, de relancer la machine et l’intérêt pour la discipline à travers un évènement international qui attirerait le regard de toutes les presses spécialisées du monde. Pour assurer cela, plusieurs éléments ont été pris en compte.

D’abord, il fallait choisir un type de jeu qui assurerait aussi bien le spectacle, avec des coups mémorables, bluffs et impressionnantes relances, mais aussi qui soit suffisamment pratiqué pour attirer un public, aussi bien de joueurs que de spectateurs, le plus large possible. Sans surprise, c’est donc le Texas Hold’em No Limit qui a été choisi. Puis, pour promouvoir le glamour et le côté luxueux du poker, il fallait aussi choisir l’endroit idéal où organiser le tournoi. PokerStars, principal instigateur de l’évènement, n’a pris aucun risque en choisissant son casino de prédilection, l’Atlantis Paradise Island Resort, dans les Bahamas, comme lieu de tenue de la compétition. La cadre idyllique, aussi bien du casino que de l’île, était l’assurance de communiquer sur le poker dans son meilleur environnement possible.

Pour les pros et pour les autres

Enfin, pour que ce tournoi à 25 000 dollars l’entrée ne soit pas que l’affaire des plus fortunés professionnels, il fallait permettre à tout le monde de pouvoir participer à celui-ci. Et c’est là que les Platinum Pass de PokerStars sont entrés en jeu. La manière la plus récurrente de l’obtenir était en multipliant ses parties online sur le site de PokerStars, mais d’autres façons un peu moins orthodoxes étaient aussi possibles, comme ce fut le cas pour Dominique Lamy, le fondateur de Team BPOKP. En effet, chaque pays pouvait voter pour un joueur qui représentait au mieux le poker français et qui aidait surtout à son développement dans le monde amateur, et c’est donc notre Dominique qui a été plébiscité par les Français. Au total, 320 Platinum Pass auront été distribués.

Et si Dominique Lamy n’a pu tracer son chemin jusqu’à la table finale, deux autres détenteurs du Pass se sont glissés jusqu’au Final 8. Il s’agissait de Ramon Colillas, un Espagnol habitué des petits tournois ibériques, et Marc Rivera, représentant les Philippines. Et ces deux joueurs auront brillé en finale puisqu’ils étaient encore là lorsqu’il ne restait plus que 3 joueurs sur la table, eux deux donc ainsi que le très connu Julien Martini, professionnel français. Et si c’est Martini qui était le chipleader tout au long de la finale, il a fini par se faire surprendre par Ramon Colillas qui a affiché un full face à sa couleur. L’espagnol remportera le tournoi quelques mains plus tard devant le français, Rivera terminant à une belle troisième place.

Ainsi, tel un nouveau Chris Moneymaker, qui était d’ailleurs présent sur place pour féliciter le tout nouveau grand champion, Ramon Colillas, a ravi la planète du poker mais aussi PokerStars, qui ne pouvait rêver mieux que la victoire finale d’un de ses qualifiés grâce à un Platinum Pass pour relancer l’intérêt du grand public et des nouvelles générations pour le poker. Nul ne sait si ce tournoi et cette victoire surprise d’un inconnu déclencheront un second boom du poker mondial, mais cette compétition aura été, du début à la fin, une véritable réussite et aura donc réussi son pari.